LA VIE DES AUTRES 2006 de Florian Henckel von Donnersmarck. Ce film confronte le totalitarisme à la puissance de l’amour-passion. Un  agent du régime (un observateur caché, silencieux, espion…) est conduit à se transformer en chevalier servant, prêt à sacrifier sa vie pour sauver celle qu’il aime de loin et en secret. Ce qui capte mon attention c’est l’ambiguïté et l’ambivalence du comportement de l’être humain, ses intérêts cachés, ses pièges, ses personnalités doubles, ses regards espions, ses frustrations dont il est otage, sa duplicité et ses mensonges.

Je suis parvenue à la conclusion que dans ce film, l’amour apparaît comme une autre voie face à l’inhumanité de la tyrannie. L’amour est cet effort qui résiste à l’anéantissement de soi que représente la barbarie. L’amour sauve la liberté. Pourquoi pas ?

Et bien… vois-tu, à propos de l’amour, je n’ai pas fui de l’autre côté du mur de la vie. De l’intérieur, je t’ai indiqué à toi, mon observateur de l’ombre, un autre chemin à poursuivre.

Avant que la vie ne décide  de tracer avec violence cette frontière entre toi et moi, telle une entaille au couteau entre deux endroits d’un même corps,  une femme amoureuse…de la vie a fait s’effondrer la muraille intérieure que tu t’étais employée à édifier. Cette  femme amoureuse…de la vie a fait fissurer ce mur au cœur de ton ETRE.

ELLE  t’a fait découvrir le royaume du silence à une période où l’on prétend tout expliquer, où chaque expérience se veut transparente et rationnelle. ELLE  t’a fait entendre quelque chose…qu’aucun conte de fées n’a jamais écrit, qu’aucune formule ne peut expliquer :

« Sans le désir de partir à la conquête de ce que  tu as perdu, Odyssée d’une vie entière,  il n’y a pas de cheminement vers l’Autre. Au cours de cette odyssée, sans port d’attache, tu pourras t’égarer parce que tu n’y verras rien, tu pourras te perdre parce que tu auras quitté  quelque chose pour te rendre ailleurs sans savoir par où il faut passer, sans savoir comment te sauver pour arriver à destination. Sache que d’une improvisation sans partition, deux êtres peuvent s’avancer l’un vers l’autre sans savoir dans quelle langue  ils devront se parler pour pouvoir se répondre. Là, réside la beauté de l’expérience amoureuse. Cette Odyssée, parvenir au monde de l’Autre en prenant la voie de l’amour, laissera une trace comme un passage secret de l’autre côté du miroir du monde. »

 

ELLE INTIMEMENT   Une âme à l’Encre de Chine