L’écoute ne dépend pas d’une science, d’une technique, d’un savoir, comme s’il fallait d’abord les acquérir et qu’ensuite l’écoute viendrait. Non,  l’écoute a  sa source ailleurs. La découverte se trouve dans le nœud qui existe entre la capacité de se dire et celle d’écouter. A nous d’observer le pas d’un « écouté » vers sa propre vérité. Ce pas se fait le plus souvent sans que lui et « l’écoutant » ne sachent trop comment. Quelqu’un parle, quelqu’un écoute et ça bouge, ça vit, ça se dit, ça va de l’avant. Encore faut-il que l’écoutant ait pour lui-même fait l’expérience des ressacs de sa parole, du poids des mots au vif de lui-même.

 

Merci à Claire Kebers qui m’a tant appris.

 

ELLE INTIMEMENT Une Âme à l’Encre de Chine

 

ecoute