Me voilà partie depuis maintenant de longues années et la traversée me semble bien lointaine …Vous me manquez  et je commence à mesurer ce que signifie des années sans vous voir. J’ai tenu à vous écrire parce que je ne suis pas sûre que vous ayez bien compris les raisons de mon départ. Je n'ai pas  souhaité que vous le viviez comme un abandon. Mon départ a été bien douloureux. Vous voir pleurer m’a bouleversée. Vos larmes m’ont touchée, sachez le, même si je ne l’ai pas montré. J’ai toujours refusé d’être emportée par des émotions que je ne pourrais maîtriser. Être forte est resté ma priorité. Je sais que c’était dur de me voir partir. Mais sachez que ça l’a été pour moi aussi.

Ne m’en veuillez pas pour la peine que j’ai causée. Comprenez que, partir vers ces ailleurs était une opportunité que je me devais de saisir. J’avais besoin de voyager. La maison et le cercle étroit de ma vie ne parvenaient plus à me satisfaire. Il me fallait l’océan comme horizon. Je sais qu’il y a un peu de ce rêve en vous et je compte dessus pour gagner votre pardon.

De nouveaux projets s'ouvrent. Plus loin, plus longs. J’ai hâte d’y arriver, d’en  découvrir la beauté et de m’y rendre aimante. J’ai hâte de rencontrer ce qui est différent, d’apprendre, de m’enrichir…

 Je sais aussi que des années vont s’écouler plus longues les unes que les autres…Vous serez quelqu’un d’autre vous aussi. Je le vois déjà. Vous n’aimez pas que je dise cela et pourtant c’est la vérité.  Nous ne partagerons plus vous et moi mais qu’importe ! Nous aurons en retour l’occasion de découvrir des chemins neufs. Nous aurons tant de choses à raconter aux nouvelles rencontres…tant de cadeaux à offrir  qui feront ouvrir de grands yeux d’étonnement et de curiosité nos prochaines amitiés. Nous aurons des récits fabuleux à leur raconter et des photographies, des textes, des poèmes, des tendresses à leur montrer qui effaceront  nos anciennes années…Je m’en réjouis d’avance. 

Je compte sur vous pour, aussi longtemps que possible, retarder le moment des retrouvailles car ma préférence est la distance silence.

ELLE INTIEMEMENT Une âme à l’encre de chine

 

ancien temps