• Mais tu ne dis rien  » ? Pourquoi reprendre cette interrogation ?

Je n’ai tout simplement pas appris à respirer sans craindre l’oppression mentale. C’est comme la claustrophobie ou encore la noyade. Je voulais m’exprimer mais les mots restaient bloqués quelque part…loin très loin…..sans pouvoir sortir.  J’avais une sorte d’intuition qui me disait qu’un coffre fort caché au regard du grand public détenait des secrets de phrasés par millier. Je me suis développée comme une enfant sourde et muette.  N’ayant que l’esprit créatif pour seul compagnon. Comme les femmes de ma famille j’attendais naïvement qu’un prince charmant me délivre avec amour et tendresse de mon geôlier silencieusement autoritariste.

J’ai eu l’idée de faire appel à la littérature. Imprégner mon âme des plus grands mots pour les planter dans ma terre intérieure et ce dès mon plus jeune âge. Ce n’est qu’à mes quarante ans que tout a fleuri , que tout a jailli de cette source intarissable. J’ai pu insuffler de la confiance entre chaque respiration.

Je ne dis pas grand chose effectivement. Il est trop tard pour m’ôter ce handicap. Disons que je choisis mes mots et les place à bon escient.

CAFA5E67-F0E0-4735-BB08-5FFB6DF57A4E

 

https://ellecarnetintime.wordpress.com/2018/06/13/mais-tu-ne-dis-rien/